PCR HaGAL : bilan des activités 2019

  • Figure 1
  • Figure 2
  • Figure 3
  • Figure 4

Programme : PCR HaGAL.

Responsable : Florian Baret, Docteur en Archéologie (Enseignant contractuel à l’Université de Tours ; chercheur associé UMR 7324 CITERES-LAT ; ArchéoTek).


Depuis 2018 (année probatoire), le PCR HaGAL s’attache à étudier de manière multiscalaire la question des habitats groupés de l’époque romaine au sein de la cité des Lémovices.

S’appuyant sur une équipe d’une quinzaine de chercheurs, le programme vise à comprendre le phénomène urbain, la variété de ses formes et son rôle dans l’organisation du territoire. Pour cela, la réflexion engagée est menée à différentes échelles : la cité, la micro-région, le site.

Si le dépouillement bibliographique à travers la réalisation de notices pour chaque occurrence retenus dans l’étude apportent son lot d’informations, il apparaissait nécessaire, dès le lancement du programme, de produire une documentation nouvelle et plus fine. Cette démarche est menée depuis 2018 en parallèle de la réalisation des notices ; elle occupe même la majeur partie du temps consacré par ses membres aux travaux du PCR.

Ainsi, l’année 2019 a été marquée par la réalisation de nouvelles notices (8) et surtout par plusieurs opérations archéologiques menées dans le cadre du PCR (la prospection géoradar menée à Bridiers (La Souterraine, Creuse, dir. F. Baret) est résumé dans une notice spécifique) :

1. Prospection pédestre et drone à Ahun (Creuse, direction : C. Chevalier)

La prospection 2019, confirme l’hypothèse, déjà avancée grâce à la prospection menée en 2018 et à l’analyse des photos IGN, de la présence au Moutier-d’Ahun d’un « faubourg », ou de « prolongements », de la ville Antique d’Acitodunum.

Nous sommes en présence d’une zone peu densément construite, présentant des bâtiments espacés les uns des autres. On les retrouve de part et d’autre du village actuel. Ils devaient aussi être présents à l’emplacement de ce dernier. De la TCA a été retrouvée lors d’opérations archéologiques à proximité de l’église.

Ces bâtiments épars s’étendent vers le nord selon deux lignes parallèles. Sont-ils alignés sur un axe de communication ? Cela pourrait être le cas : D. Dussot (SRA de Limoges) situe le passage d’un tronçon de la voie d’Ahun/Acitodunum à Bourges/Avaricum se dirigeant vers le nord dans ce secteur.

2. Prospection géoradar à Ahun (Creuse, direction : C. Maniquet & F. Méténier)

La prospection géoradar menée en 2019 sur la commune d’Ahun dans une parcelle proche de l’emplacement présumé du vicus gallo-romain d’Acitodunum a apporté des informations nouvelles et intéressantes liées à l’occupation du sol dans ce secteur.

En surface de nombreuses tranchées de réseau ou de drainage sont sans doute à associer à la période contemporaine tout comme deux structures partiellement circulaires qui n’ont pas trouvé d’interprétation convaincante.

La première constatation intéressante du point de vue des traces d’occupation ancienne tient dans le fait que de nombreux puits semblent perforer le substrat sur une grande profondeur. Leur grande densité n’est pas sans rappeler des modalités d’implantation déjà observées dans d’autres agglomérations gauloises ou antiques. Le meilleur exemple reste encore celui de Saint-Gence (87) qui montre des installations systématiquement liées à des puits, généralement alignés et parallèles aux voies, dont certains ont pu être datés de la fin du IIe siècle avant notre ère ou du début du Ier siècle avant notre ère, ou encore de la période augustéenne. Loin de nous l’idée de dire que les puits observés à Ahun remontent à la période laténienne, mais on pourrait imaginer une organisation qui pérennise des modes anciennes appliquées depuis bien longtemps déjà au sein des agglomérations. Les images obtenues ne permettent cependant pas d’identifier de constructions à proximité de la plupart de ces puits observables dans toute la moitié occidentale de l’emprise. Si ces derniers ne sont pas associés à des aqueducs, on peut imaginer qu’ils pouvaient être intégrés au tissu bâti qui n’apparaîtrait pas sur les C-scan.

Hormis les réseaux et les puits évoqués ci-dessus, la prospection au géoradar permet d’affirmer que d’autres aménagements archéologiques existent bien sur cette parcelle sur près de 0,95 m sous le sol actuel, profondeur à laquelle doit se trouver sensiblement la surface du terrain géologique. Ces aménagements se concentrent essentiellement dans la partie nord-ouest de la zone prospectée. Mais on peut imaginer que des structures légères ou des constructions sur poteaux n’ont pas laissé de traces lisibles par ce type d’investigation.

Les structures les plus profondes localisées au nord de l’emprise pourraient être interprétés comme des enclos et pourraient se rattacher à la période protohistorique mais ceci ne peut être confirmé en l’état des observations. Une voie pourrait leur être associée au nord.

Ce n’est que vers 0,70/0,75 m de profondeur que les premiers bâtiments apparaissent. Seulement quatre ont pu être identifiés, dont deux se superposent l’un à l’autre et aux pseudos enclos antérieurs. Ils forment de petits modules, hormis l’un d’eux, aux traces fines et discontinues, qui présente des dimensions plus importantes et un plan un peu plus complexe.

Si notre lecture n’est pas trop erronée, on peut voir dans la superposition des structures, trois états successifs distincts d’occupation.

On insistera sur le fait qu’aucune trace n’a été retrouvée du bâtiment à colonnes interprété comme un temple par J.-F. Bonnafoux situé à La Planèze et placé sur cette parcelle (23.001.014). Il est clair que l’emplacement indiqué « sur la droite du chemin qui conduit d’Ahun au Moutier » pourrait correspondre à l’emplacement de notre intervention. Mais il pourrait s’agir plutôt que du chemin qui longe notre parcelle à l’ouest de la petite route actuelle, dite « ancienne route du Moutier » qui descend en ligne droite jusqu’au cimetière du Moutier d’Ahun.

Les sites inventoriés sur la Carte Archéologique de la Gaule sont donc localisés avec une grande imprécision et ne nous aident pas à définir plus précisément l’emprise du vicus antique d’Acitodunum. En revanche, les résultats de la prospection au géoradar tendent à indiquer que nous ne nous trouvons pas au cœur du vicus, étant donnée la faible densité du bâti observé, mais peut-être sur sa bordure orientale comme attendu. Aucune des structures observées ne semble pouvoir être associée à un bâtiment public d’envergure.

3. Prospection géoradar à Naves/Tintignac (Corrèze, direction : F. Loubignac & C. Maniquet).

La prospection géoradar menée en 2019 a permis d’attester la présence de constructions au sud du sanctuaire de Tintignac. Ces constructions sont peu nombreuses (entre sept et neuf au total) et relativement éparses sur la zone prospectée. Il est difficile d’en faire le cœur d’un important vicus occupé durant trois siècles. Hormis le bâtiment thermal à l’est de l’emprise, les autres édifices sont de petits modules rectangulaires parfois cloisonnés en deux salles contiguës. Ils ne constituent pas des bâtiments publics d’envergure et leur plan n’est pas suffisamment caractéristique pour leur attribuer une fonction. S’agit-il de petits espaces commerciaux, de lieux d’accueil des pèlerins ou bien jouaient-ils un autre rôle ?

En revanche, le nombre de voies et d’itinéraires apparaît très important, témoignant de plusieurs phases d’aménagement successifs des axes de circulation. Certains paraissent être installés au fond de cavées plus ou moins profondes, comme ceux repérés au nord entre les édifices monumentaux. Deux ou trois états doivent pouvoir être distingués. Ceci témoigne d’un passage et d’une circulation intenses dans ce secteur.

Certains axes semblent se croiser à angle droit, ce qui témoignerait de la volonté d’organiser l’espace et l’occupation selon des critères reconnus en milieu urbain.

L’un de ces axes pourrait correspondre à la grande voie menant de Clermont-Ferrand à Périgueux (ou à Bergerac). Les constructions visualisées se placent donc à proximité d’un carrefour d’axes majeurs, l’un est-ouest et de création romaine et l’autre nord-sud d’origine plus ancienne.

Sur la zone 2, un édifice monumental avait déjà été identifié par quelques sondages en 2001 puis par des variations de la couleur de l’herbe ou des céréales à la fin des périodes de sécheresse. La prospection géoradar a permis pour la première fois de reconnaître relativement précisément son plan et de le comparer morphologiquement au bâtiment dénommé « Tribunal » inclus dans le sanctuaire. Quelques traces ténues permettent de présumer qu’il a été édifié à l’emplacement de quelques petites constructions antérieures à la destination indéterminée.

Pour terminer, aucune trace n’a pu être associée à des structures antérieures à la période romaine, tels que des enclos semblables à ceux reconnus près du village de la Geneste par exemple. En revanche, si des constructions en terre et bois, sur poteaux, ont existé, il n’est pas sûr que l’on puisse les identifier avec cette méthode de prospection.

Figures :

Figure 1 : Carte de la cité des Lémovices

Figure 2 : Organigramme des axes de recherche du PCR

Figure 3 : Ahun : anomalies géoradar

Figure 4 : Naves/Tintignac : anomalies géoradar au sud du théâtre


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search