Résultats de la prospection géoradar à Bridiers (La Souterraine, Creuse)

  • Figure 1

Programme : PCR HaGAL ; Opération : La Souterraine (Creuse), Bridiers : campagne de cartographie géoradar.

Responsable : Florian Baret, Docteur en Archéologie (Enseignant contractuel à l’Université de Tours ; chercheur associé UMR 7324 CITERES-LAT ; ArchéoTek).


En juillet 2019 a eu lieu sur le site de Bridiers à La Souterraine (Creuse) une campagne de prospection géoradar dans une parcelle située en bordure est de l’habitat groupé, au sud de la grande nécropole et au nord d’un second espace funéraire.

Ces travaux conduits dans le cadre du PCR HaGAL – Habitat groupé antique de la cité des Lémovices (Baret et al. 2019), font notamment suite au levé LiDAR conduit en 2017 sur la zone boisée immédiatement au nord-ouest de la parcelle (Baret 2017). Celle-ci, bien qu’a priori excentrée du fait de son encadrement par deux zones funéraires au nord et au sud, qui marquent normalement la limite des espaces urbains, était déjà connue pour livrer régulièrement des tessons de céramiques dans les taupinières.

L’objectif de la campagne de 2019 était multiple : mener une nouvelle prospection pédestre en localisant chaque artefact, valider l’hypothèse de la présence de constructions antiques par une prospection géoradar et en cas de résultats positifs guider l’implantation d’une fouille programmée. Ces derniers ont été largement atteints même si la prospection pédestre n’a, elle, pas été aussi productive qu’espéré.

Conduit durant l’été, en parallèle de la prospection géophysique, la prospection pédestre n’a permis de collecter que de rares fragments de céramique et de TCA en raison de taupinières anciennes, aplaties et extrêmement poussiéreuses. Les travaux agricoles (prairie de fauche), la sécheresse des sols et l’absence de pluie pour laver les taupinières n’ont pas offert de conditions favorables telles que celles observées lors d’une visite de terrain début février.

La prospection géoradar conduite sur un peu plus d’un hectare s’est quant à elle révélée beaucoup plus efficace et riche de résultats inédits. En effet, sur une surface d’environ 0,8 ha, c’est tout un quartier résidentiel qui a pu être mis en évidence. Ce dernier, composé d’au moins dix ensembles bâtis, est structuré par trois possibles axes de circulation dont un axe principal, suivi sur 150 m de longueur, sur lequel s’alignent six ensembles construits et deux axes secondaires (environ 35 m de longueur) qui lui sont perpendiculaires. Quatre îlots urbains se dessinent ainsi au moins partiellement. Seul l’îlot entre les deux rues secondaires est appréhendé dans sa largeur (environ 85 m). Les trois axes de circulation offrent une largeur d’environ 4 m. L’ensemble des constructions s’adaptent aux contraintes du terrain. En effet, la présence d’une dépression dans la partie nord de la parcelle, avec une rupture de pente assez marquée, a constitué une limite à l’installation des bâtiments qui épousent la forme extérieure de la dépression. Les ensembles bâtis montrent tous une orientation identique correspondant aussi à celui des rues et s’alignent parfaitement avec celles-ci. On note, malgré tout, que certains espaces, en raison des remontés du granite sous-jacent, offrent une lecture moins aisées des plans et des anomalies soit moins marquées, soit partiellement masquées par des zones bruitées. Cependant, la qualité des données du géoradar n’a d’égal que celle des vestiges mis en évidence. En effet, ceux-ci apparaissent à partir de 0,35/0,40 m de profondeur et certains murs sont encore perceptibles à 2,50 m de profondeur environ. Ces résultats offrent de bonnes perspectives de poursuite de la cartographie géoradar du site mais aussi pour engager une fouille programmée afin de confirmer et valider les interprétations proposées et appréhender la fonction des édifices et le fonctionnement du quartier.

Enfin, en parallèle des prospections, l’enquête orale s’est poursuivie ce qui a permis non seulement de géoréférencer des découvertes qui ne sont pas mentionnées dans la bibliographie ancienne mais aussi de retrouver l’origine de plusieurs éléments de constructions en granite (caniveaux, margelles de puits) déposés soit chez des particuliers, soit au bord de l’un des chemins du site (Baret 2017).

L’ensemble des travaux conduits depuis 2010 sur le site de Bridiers, en complément des opérations archéologiques anciennes (fouille du Champ des Citernes en 1992-93, fouille du Gros Buisson en 1993) invite à réviser, comme nous l’avions déjà partiellement fait à l’issu du levé LiDAR conduit en 2017 (Baret et al. 2019), la bibliographie ancienne et à poursuivre les opérations de terrain pour renouveler les connaissances sur ce site.

Cette nouvelle prospection géoradar, sur un site lémovice en contexte granitique, modifie fortement l’image de l’agglomération de Bridiers en offrant pour la première fois le plan d’un véritable quartier urbain. Son emplacement, largement débordant des deux zones funéraires qui l’encadrent au nord et au sud, invite à réviser le schéma d’implantation qui se dessinait jusqu’ici pour ce site. Gageons que la poursuite des recherches permettent d’appréhender de mieux en mieux cette grande agglomération de la cité des Lémovices implantée sur un important carrefour routier qui relie le site aux principales localités de la cité et des cités voisines.

Bibliographie :

Baret F. (2017) Les agglomérations antiques de la cité des Lémovices. Campagne 2017. Blond, La Souterraine, Saint-Goussaud. Rapport de prospection thématique avec LiDAR. Limoges : SRA Nouvelle Aquitaine, 165 p.

Baret F. (2019) L’agglomération gallo-romaine de Bridiers. in S. Lafaye, J. Roger (dir.) Aux origines de La Souterraine. Études creusoises (n°XXV). Guéret : Société des Sciences Naturelles, Archéologiques et Historiques de la Creuse, p.27‑39.

Baret F. (coord.), B. Cauuet, C. Chevalier, C. Maniquet et collaborateurs (2019) PCR HaGAL – Habitat Groupé Antique de la cité des Lémovices (2018 / 2019-2021), Rapport intermédiaire d’activités, Année 2019, SRA Nouvelle Aquitaine, Limoges, 3 tomes, 509 p.

Figure :

Figure 1 : Exemple de carte géoradar (profondeur cumulée : 105-125 cm).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.