Résultats des sondages 2018 dans le bois de la Tourette (Blond, Haute-Vienne)

  • Figure 1
  • Figure 2

Programme : PCR HaGAL : sondages archéologiques au bois de la Tourette (Blond, Haute-Vienne).

Responsable : Florian Baret, Docteur en Archéologie (E-C contractuel à l’Université de Tours, CeTHiS-EA 6298 ; chercheur associé au CHEC-EA 1001, Université Clermont Auvergne ; ArchéoTek).


Campagne de sondages sur le village minier de l’Antiquité du Bois de la Tourette à Blond (Haute-Vienne).

La campagne de levés LiDAR menée en 2017 sur les sites de La Souterraine, Saint-Goussaud et Blond avait conduit à la mise en évidence de l’ensemble des chantiers miniers en éventails du Bois de la Tourette (Baret 2017). Le village minier associé n’était pas clairement perceptible et seuls les contrôles au sol avaient offe rt la possibilité de recenser parmi de nombreuses anomalies de possibles bâtiments.

Les objectifs de la campagne de sondages de juillet 2018 devaient aider à poursuivre le diagnostic du site quant à son état de conservation, la puissance stratigraphique des niveaux archéologiques et à ébaucher une première interprétation de la seule construction dont les murs étaient encore partiellement visibles dans la végétation. Ces problématiques avaient été définies pour planifier ensuite une éventuelle fouille programmée pluriannuelle. Parallèlement, au cours de l’année 2018, l’opération a été rattachée à un nouveau PCR sur les habitats groupés antiques lémovices au sein duquel la question de l’exploitation minière et de son lien avec les agglomérations a été définie comme l’un des axes de travail.

La campagne s’est déroulée sur 3 semaines, début juillet, avec une équipe de 6 personnes. Le débroussaillage et le nettoyage de surface sur l’intégralité du bâtiment (318 m² nettoyés) ont conduit à plusieurs observations inattendues. L’intérieur de l’édifice a révélé la présence de ce qui ressemble fortement à d’anciennes fouilles clandestines, limitant de fait les secteurs potentiellement conservés pour l’implantation de nos sondages. Autre surprise, les murs, s’ils présentent un très bon état de conservation dû à un solide béton, leur position n’est, pour plus de la moitié d’entre-eux, pas leur position d’origine. Dix-neuf tronçons de murs délimitent un bâtiment d’environ 18 x 10 m mais ces derniers ont été non seulement déplacés mais surtout basculés de manière quasi-systématique sur leur parement extérieur. Ce phénomène est notamment très marqué par la position de l’angle Sud-Ouest de l’édifice puisque celui-ci constitué actuellement de deux murs, l’un et l’autre de plus de 2 m de longueur, est basculé sur le parement extérieur du mur Ouest, de sorte que le mur Sud soit, lui, en position verticale, comme fiché dans la terre. Il correspond vraisemblablement à la « pile » mentionnée dans la bibliographie depuis le milieu du XIXe siècle. L’angle Sud-Est, moins bien conservé présente malgré tout une situation analogue avec un basculement des deux murs. Une autre observation importante a été réalisée au niveau de l’angle Nord-Ouest, a priori, encore en place. En effet, sur l’intérieur de l’angle, une construction en béton de tuileau forme elle aussi un angle le long des murs. Celui-ci, maçonné, offre un état de conservation du béton sur 15 à 40 cm de largeur et environ 50 cm de profondeur. Le sondage réalisé dans l’angle a montré l’absence de niveau conservé associé à cette construction et l’absence de fond (l’hypothèse d’un bassin avait été émise en cours de fouille) ou de fondations sous le béton. Enfin les murs sont tous dépourvus de parement et ne sont conservés que sous la forme d’un opus caementicium extrêmement résistant, recouverts ponctuellement, notamment au niveau des angles, d’une épaisseur de béton de tuileau qui protège la base des murs sur une hauteur d’approximativement 70 cm.

La réalisation de trois autres sondages, l’un à l’Est, perpendiculaire aux murs, en position médiane dans l’axe du bâtiment, l’un au pied de la « pile » et le dernier perpendiculaire à l’extrémité du mur Sud (supposé en place lors du nettoyage) a mis en évidence l’absence de niveaux de sol ou d’occupation conservés. La stratigraphie est assez simple et similaire dans chaque sondage. Sous le niveau de terre végétale riche en éléments de démolition (blocs, TCA), on retrouve un niveau argileux jaune-orangé anthropisé (blocs, TCA et rares céramiques) qui recouvre une argile blanche, compacte et stérile correspondant au niveau géologique surmontant la roche granitique en place.

Ces constats nous ont incité à installer un deuxième secteur de nettoyage et de sondage. Implanté à proximité d’un amas de blocs et de TCA (comprenant notamment des éléments de construction d’hypocauste), ce deuxième secteur n’a pas permis de mettre au jour de construction conservée ou de niveau en place. Comme dans les sondages du premier secteur, la stratigraphie reste simple et similaire à celui-ci. On relèvera cependant la richesse de cet espace en variété de TCA (tubuli, pilettes, quarts de rond en céramique, briques) qui semble attester d’une construction de qualité et dotée d’un hypocauste mais totalement arasée ou démontée par des fouilles anciennes dont il ne reste que les rejets. Ce sondage a aussi permis de mettre au jour deux scories métalliques, seuls indices découverts durant la campagne possiblement en lien avec l’activité minière du site.

En conclusion, la campagne de sondages 2018 a répondu à deux des objectifs fixés. On connaît maintenant de manière actualisée l’état réel de conservation du site qui est très bouleversé, notamment par des fouilles clandestines mais aussi par des travaux anciens, antérieurs au classement du site comme monument historique, eux aussi, malheureusement, non documentés. Cet état de conservation semble assez généralisé sur l’emprise du village minier puisque les deux secteurs de fouille sont espacés de plus de 50 m l’un de l’autre. La campagne a aussi permis de documenter la stratigraphie du site, finalement très faible et sans doute impactée par les travaux anciens. Seul le troisième objectif n’a pu être atteint. On sait cependant, que le bâtiment observé était très bien construit, que ces murs étaient ponctuellement protégés par du béton de tuileau, et qu’il ne semble pas présenter de cloisonnement interne.

Enfin, d’un point de vue chronologique, les rares céramiques retrouvées qui apportent une information sur la période d’occupation du site offrent une fourchette, assez resserrée sur le Ier s. ap. J.-C., que l’on peut éventuellement légèrement élargir au dernier quart du Ier s. av. J.-C. et au début du IIe s. ap. J.-C.

Il faut maintenant espérer que le projet de sondages sur les chantiers miniers, porté dans le cadre du PCR, offre une vision moins sombre du site et que les aménagements miniers soient mieux préservés. Dans tous les cas, la réalisation de cette opération clôturera une phase d’évaluation du potentiel archéologique du site enfin de réfléchir ensuite à la démarche à adopter pour en poursuivre l’étude.

Bibliographie :

Baret F. (2017) Les agglomérations antiques de la cité des Lémovices. Campagne 2017. Blond, La Souterraine, Saint-Goussaud. Limoges : SRA Nouvelle Aquitaine.

Figures : 

Figure 1 : Plan général du Secteur 1 (bâtiment antique).

Figure 2 : Angle Sud-Ouest du bâtiment (Secteur 1) renversé vers l’extérieur (cliché F. Baret, 2018).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.