Résultats de la prospection thématique 2017 sur les agglomérations antiques des Lémovices

  • Figure 3
  • Figure 1
  • Figure 2

Programme : Les agglomérations antiques de la cité des Lémovices.

Responsable : Florian Baret, Docteur en Archéologie (ATER à l’Université François Rabelais de Tours, CeTHiS-EA 6298 ; chercheur associé au CHEC-EA 1001, Université Clermont Auvergne ; ArchéoTek).


Campagne 2017 : Prospection thématique avec levés LiDAR à vocation archéologique.

Après 3 campagnes de prospections géophysiques (2012, 2014, 2016) sur le site des Montceaux à Ladapeyre (23), conduisant à revoir l’interprétation du site comme une villa à pavillons multiples alignées, un retour à la problématique des agglomérations antiques de la cité des Lémovices – qui avait motivé les campagnes de 2010 et 2011 – a été proposé pour l’année 2017.

Afin de renouveler la documentation archéologique disponible sur les sites de Blond, La Souterraine et Saint-Goussaud, sélectionnés pour leur potentiel archéologique, leur situation sous couvert forestier et les possibilités d’un investissement sur le temps long, trois levés LiDAR ont été réalisés. La campagne de prospection thématique s’est donc articulée en deux phases : une première liée à la prestation LiDAR et son traitement informatique, un seconde liée à l’analyse des images obtenues et à la vérification sur le terrain des anomalies observées.

Objectifs :

Ces trois agglomérations antiques sont caractérisées par un important recouvrement forestier qui limite les prospections au sol et les relevés, obligeant à recourir à de nouvelles méthodes pour compléter la documentation. Le choix s’est donc porté vers une triple acquisition LiDAR suivant en cela le développement de cette méthode en archéologie.

Dans le cas de Blond, les vestiges visibles dans le bois de la Tourette correspondent à des élévations de bâtiments antiques et à de très nombreuses tranchées de mines. L’objectif du levé LiDAR était de cartographier finement ces tranchées encore bien marquées ainsi que l’ensemble des constructions encore conservées en élévation.

Dans le cas de La Souterraine, se mêlent des murets de parcelles et des constructions antiques conservées sur quelques assises d’élévation dans le bois de Bridiers. Là encore, l’objectif du levé LiDAR était donc de dresser une cartographie de l’ensemble de ces vestiges qui reste aussi à caractériser chronologiquement pour certains d’entre eux.

Dans le cas de Saint-Goussaud, un théâtre et un sanctuaire ont fait l’objet de fouilles anciennes. L’absence de relevés d’ensemble précis et le caractère isolé de ces deux structures nécessitaient dans un premier temps de mettre en œuvre une cartographie exploratoire du site, ce qui constituait l’objectif du levé LiDAR afin de rechercher les structures d’habitat qui restent encore inconnues bien qu’évoquées par l’abbé Dercier (1902 ; 1903 ; 1905).

Résultats :

À Blond, le levé LiDAR a permis une cartographie précise des chantiers miniers en offrant une vision continue de l’espace. Même si l’exploitation des données LiDAR sur les mines peut être encore affinée, le cartographie LRM (Modèle de Relief local) ou MNT (Modèle Numérique de Terrain) constitue d’ors et déjà une avancée majeure dans la compréhension de ce site et dans la cartographie de plus de 7 chantiers miniers en éventail. Le contrôle au sol complète largement la documentation fournis par le LiDAR et se montre fondamental dans ce type d’acquisition. En effet, loin d’offrir une vision aussi nette que pour les mines, la mise en évidence d’anomalies a permis de localiser précisément au sol plus d’une dizaine de ruines de bâtiments antiques. Cette première cartographie constitue une avancée importante dans l’étude du site puisque jusqu’à présent nous ne disposions que d’une localisation globale de l’agglomération proposée par R. Lacotte (1988). Ces travaux complètent parfaitement les premières observations au sol menées en 2010 et 2011 (bâtiment conservé sur 2 à 3 assises et pile maçonnée connue anciennement).

L’apport du levé LiDAR sur le site de Bridiers, bien que de prime abord moins riche en informations que pour Blond, a permis de discuter certaines descriptions anciennes (Janicaud 1948) et de proposer la localisation de certains vestiges. S’il n’y a eu de nouvelles découvertes, ni l’établissement d’un plan de l’agglomération, l’analyse des données et le retour sur le terrain ont offert une nouvelle ébauche de l’organisation spatiale du centre de l’agglomération, possiblement son centre monumental, organisé autour d’un espace tabulaire qui devaient dominer le reste de l’agglomération. Cette organisation avec une place publique surélevée et fermée à l’est par trois bâtiments doit conduire à une réflexion sur l’interprétation de ces trois édifices. Plus que des habitations peut-être pourrait-il s’agir de bâtiments de culte. Les dimensions apparentes de 9 x 9 m et 6 x 6 m peuvent tout à fait correspondre à ce type d’édifice. Les découvertes anciennes de riches décorations (placages, enduits peints, statuaire) et de trésors monétaires étayent à notre avis cette hypothèse au regard des vestiges d’habitats sans signe de richesse décorative mis au jour lors des fouilles du Champ des Citernes (Flécher 1993), au sud-ouest du bois dans le cadre des travaux de la RN 145. Bien évidement ces différentes hypothèses de localisation de bâtiments et d’une place restent soumises à une validation au moyen de sondages afin d’assurer la présence de bâtiments et d’en caractériser la fonction.

Comme pour le site de La Souterraine, le LiDAR trouve à Saint-Goussaud ses limites en raison d’une végétation dense de ronces et de fougères qui limite les impacts au sol du laser et les contrôles visuels. En cela, les résultats ressortent négatifs au regard de la problématique de recherche puisque aucun bâtiment nouveau n’a pu être identifié autours des édifices alors que l’abbé Dercier en recense plus d’une vingtaine à partir de ses travaux (Dercier 1902, 1903, 1905). Ainsi, seule une ou plusieurs campagnes de sondages, sur le modèle des diagnostics archéologiques, permettraient une recherche de ces bâtiments et ainsi d’établir le plan de l’agglomération et son extension le long d’une voie reliant Limoges, le chef-lieu, à Argentomagus. Malgré tout, les informations obtenus permettent de proposer une nouvelle restitution du plan du sanctuaire, même si les bâtiments annexes observés à l’intérieur par l’abbé ne peuvent être suivis, et d’affiner les données planimétriques sur le théâtre.

Bibliographie :

Baret F. (2010) Les agglomérations « secondaires » gallo-romaines dans le Massif Central, cité des Lémovices : rapport de prospection thématique. Limoges : SRA Limousin.

Baret F. (2011) Les agglomérations « secondaires » gallo-romaines dans le Massif Central, cité des Lémovices : rapport de prospection thématique. Limoges : SRA Limousin.

Baret F. (2015) Les agglomérations « secondaires » gallo-romaines dans le Massif central, cités des Arvernes, Vellaves, Gabales, Rutènes, Cadurques et Lémovices. Ier s. av. J.-C. – Ve s. ap. J.-C., Thèse de doctorat sous la direction de F. Trément. Clermont-Ferrand : Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand II, 4 volumes, 2352 p.

Baret F. (2017) Les agglomérations antiques de la cité des Lémovices : rapport de prospection thématique. Limoges : SRA Limousin.

Lacotte R. (1988) Géologie et archéologie : mines et métallurgies anciennes en Basse-Marche. Travaux d’Archéologie Limousine, 8 : p.7‑15.

Flécher J.-F. (1993) La Souterraine, Document Final de Synthèse. Limoges : SRA Limousin.

Dercier P. (1902) Rapport sur les fouilles exécutées au Mont-de-Jouer (1901-1902). Mémoires de la Société des Sciences Naturelles et Archéologiques de la Creuse, 13 : p.450‑461.

Dercier P. (1903) Rapport sur les fouilles exécutées au Mont-de-Jouer d’octobre 1902 à juillet 1903. Mémoires de la Société des Sciences Naturelles et Archéologiques de la Creuse, 14 : p.193‑208.

Dercier P. (1905) Fouilles au Mont-de-Jouer (suite). Mémoires de la Société des Sciences Naturelles et Archéologiques de la Creuse, 16 : p.128‑135.

Janicaud G. (1948) Le pays creusois à l’époque romaine, Bretum (Brède). Mémoires de la Société des Sciences Naturelles et Archéologiques de la Creuse, 30 : p.241‑263.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.