Résultats de la campagne 2016 (sondages et prospection géoradar)

  • plan général_prospection géophysique
  • Implantation des sondages
  • Localisation site par rapport à la commune
  • Plan général du sondage 1
  • Plan général du sondage 2

Programme : site de Chatain (Faux-la-Montagne, 23)

Responsable : Gentiane Davigo (titulaire d’un Master recherche en archéologie de l’Université de Clermont-Fd ; ArchéoTek)


Cette campagne de sondages et de prospection géophysique fait suite à un travail de master achevé en juillet 2016 portant sur l’étude de l’occupation du sol de la Protohistoire jusqu’au début du haut Moyen Âge de neuf communes du Plateau de Millevaches. Elle avait pour objectifs d’affiner la caractérisation de ce site d’habitat rural et d’évaluer son emprise. Ainsi, il fut proposé de mettre en place trois sondages archéologiques situés à proximité de la tranchée de 1994 qui avait révélé le site. Suite à ces sondages, une prospection géoradar a été menée sur 7000 m² par la société AnalyseGC.

Sondage 1 : Un secteur dédié aux bains ?

Le premier sondage réalisé a été installé en contre-bas de la parcelle CH 73, sur une zone plane, perpendiculaire au tracé de la tranchée de 1994. Dans ce premier sondage, les fouilles se sont concentrées sur deux fenêtres. Les différents niveaux archéologiques ont été conservés afin d’être de nouveau étudiés lors d’une éventuelle opération de fouille programmée plus étendue.

Ce premier sondage a permis de mettre au jour, dans la fenêtre nord, plusieurs espaces appartenant à un bâtiment plus vaste. Deux de ces espaces présentent des aménagements pouvant être liés à un secteur thermal : sol en béton de tuileau, mur recouvert d’enduit de tuileau, possibles aménagements liés à un chauffage par le sol. Le dernier espace, de par la surface de fouille trop exiguë, reste encore difficilement compréhensible. Son possible sol en dalles de granite et les traces de chauffe présente sur le parement du mur M 1.02 laissent éventuellement suggérer une pièce dont la fonction était liée au feu, ou les traces de chauffes résultent d’un incendie.

La fouille de la fenêtre sud-est, qui a permis de mettre au jour 3 murs, laisse supposer qu’au moins deux phases de construction se sont succédées. Un premier mur, plus massif et épierré dans sa partie nord semble en effet antérieur au deux autres. Ces derniers sont chaînés entre eux pour former un angle et le mur d’axe nord-sud s’appuie contre le mur antérieur. En raison de la localisation des murs, coincés dans l’angle sud-est du sondage, la nature et la fonction de cet espace n’a pas encore pu être déterminé.

Sondage 2 : Une entrée de bâtiment

Le sondage 2, parallèle, et à l’est du sondage 1, est également implanté perpendiculairement à la tranchée de 1994. Les premiers vestiges (couches de démolitions principalement) étaient recouverts d’une épaisse couche de remblai (60 cm environ). Une fois celle-ci retirée, l’extrémité sud du sondage a laissé apparaître l’arase d’un mur. Les fouilles se sont donc concentrées sur cette fenêtre (fenêtre 1) et ont permis de mettre au jour un seuil, encadré de deux murs, présentant un dallage de granite rose de part et d’autre de ce seuil de porte. La encore, les vestiges sont apparus en bordure du sondage et l’étendue de la fouille (notamment dans la micro-fenêtre 2) n’a pas permis de déterminer si nous étions devant ou dans un bâtiment. Cependant, les résultats de la prospection géophysique permettent de dire que nous sommes à l’intérieur d’un grand bâtiment rectangulaire.Un probable angle de mur, coincé dans l’angle sud-ouest du sondage pourrait indiquer la présence d’un aménagement à l’extérieur du bâtiment.

Sondage 3 : Le socle granitique

Le troisième sondage se situ au sud du sondage 1, en contre-bas d’une rupture de pente relativement forte. Il a été positionné sur cette marque topographique afin de cerner les limites du site. La fouille mécanique nous a permis d’arriver rapidement sur le socle granitique constatant qu’aucun vestige n’était présent dans ce sondage.

Résultats de la prospection géophysique

Une prospection géophysique, réalisée à l’aide de la méthode GPR (Ground Penetrating Radar), a été menée par la société Analyse Géophysique Conseil fin août sur la parcelle abritant le site antique de Chatain. 7000 m² ont ainsi été couverts et les données recueillies ont présenté une bonne qualité jusqu’à plus de 4 m de profondeur.

Parmi l’ensemble de la surface couverte, trois zones se sont distinguées par leur concentration en bâti plus remarquable :

  • la zone A qui se superpose aux sondages 1 et 2 et qui permet une comparaison entre les données radar et les données de terrain
  • la zone B située 50 m au nord de la première
  • la zone C située elle à l’est de la parcelle, au pied d’un bosquet.

Les résultats de la zone A, bien que difficilement lisibles, possiblement à cause des sondages (compaction des sédiments différentes des zones non fouillées), permettent tout de même de distinguer plusieurs anomalies dont certaines semblent prolonger les murs observés lors de la fouille.

La zone B se distingue par deux anomalies rectangulaires s’emboîtant l’une dans l’autre. De part et d’autre de ce probable bâtiment, d’autres anomalies rectangulaires sont observables. Des éléments linéaires, correspondant vraisemblablement à du bâti sont également visibles à l’est.

La zone C présente plusieurs éléments, linéaires et carrés, permettant de soutenir que l’on se trouve dans un espace avec plusieurs constructions.

Cette prospection vient confirmer et détailler la présence d’un habitat rural, type villa, conséquent à Chatain. Elle livre l’organisation d’une partie de ce qui semble être la pars urbana. On peut effectivement supposer la présence d’une grande cour centrale avec à chaque bout plusieurs bâtiments. On peut aussi noter la présence d’un grand mur à l’est qui semble marquer une limite dans l’organisation de la villa.

Cette prospection géophysique, ainsi que les résultats des sondages, permet de voir que l’on se trouve face à un ensemble bâti relativement complexe qui s’étend sur plusieurs dizaines de mètres.

L’ensemble des résultats de cette campagne (107,389 m² fouillés et 7000 m² prospectés) permettent de confirmer que nous nous trouvons en présence d’un site d’habitat rural type villa et que nous avons fouillé une partie de la pars urbana de celle-ci, notamment la probable zone thermale. La prospection géophysique a, elle, permis de mieux cerner l’extension du site et également de voir que l’on se trouve face à un établissement antique rural riche en constructions, et aussi complexe.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *