Résultats de la campagne 2016 de sondages archéologiques à Blot-l’Eglise (63), lieu-dit « Terre Noire »

  • blot-2016_fig-5
  • blot-2016_fig-6
  • blot-2016_fig-8
  • blot-2016_fig-9
  • blot-2016_fig-10
  • blot-2016_fig-11
  • blot-2016_fig1a3
  • blot-2016_fig4
  • blot-2016_fig7

Programme : Étude de l’agglomération antique de Blot-l’Église (Puy-de-Dôme, Auvergne, France).

Responsable : Hervé Delhoofs, Responsable d’opération chez Éveha (chercheur associé à l’UMR 5138 ArAr, Université Lumière – Lyon 2 ; ArchéoTek) ; avec F. Baret, C. Bazillou, M. Calbris, G. Davigo, S. Foisset, F. Loiseau.


Compte-tenu du potentiel du site de Blot-l’Eglise et de ses spécificités (grande étendue du site, stratification systématique des vestiges), il semblait pertinent d’initier une nouvelle campagne de sondages archéologiques dans le secteur des Terres Noires. Il fut donc proposé de mettre en place deux sondages archéologiques afin que la parcelle ZH 52 soit évaluée au cours des mois de juin et juillet 2016 (fig. 1). La parcelle sélectionnée est située à l’intérieur de la zone archéologique des Terres Noires, dans les parcelles ayant fait l’objet de prospections géophysiques réalisées par Géocarta en 2014 (fig. 2). Ces deux sondages ont permis de renseigner la nature, le degré de conservation et la profondeur d’enfouissement des vestiges localisés par la prospection géophysique.

Les résultats de la prospection géophysique de 2014

La prospection magnétique réalisée sur cette grande parcelle de 6 hectares avait permis de localiser plusieurs zones sensibles sans permettre de les caractériser. Seule la méthode magnétique avait été utilisée sur la parcelle des Terres Noires. Les résultats des prospections géophysiques reproduisent des anomalies à potentiel archéologique. L’étude des cartes de résistivité sur la parcelle ZH 52 a permis de les représenter schématiquement sur la figure 3. L’élément majeur pour la parcelle est une anomalie linéaire observée sur près de 100 m de long et 15 m de large bordée de constructions (C). Ces anomalies sont probablement liées à la localisation d’une zone de bâtis répartis de part et d’autre d’un axe principal. Il dessert un bâtiment compartimenté, construit en dur, de taille conséquente (B). On distingue également un certain nombre d’anomalies dipolaires fortes  : la zone A présente une série d’anomalies à grande résistivité sur une emprise de 25 m de longueur (du nord au sud) et sur 15 m de largeur (d’est en ouest). Les segments sont perpendiculaires entre eux.

Sondage n° 1 : Un four de réduction du minerai de Pb-Ag.

Le premier sondage réalisé sur la parcelle ZH 52 (3 x 25 m) fut implanté de manière à mettre au jour une partie de l’anomalie géométrique A, de la caractériser et de connaître ses dimensions (fig. 4). La figure 5 montre le niveau d’apparition des couches archéologiques du sondage 1 avant fouille et avant les intempéries de la fin du mois de juin. Le fond du sondage est constitué d’une matrice essentiellement charbonneuse et de très nombreuses terres cuites architecturales (tuiles et fragments de sole). La figure 6 correspond à l’état de fouille le plus avancé d’un four de réduction du minerai de plomb argentifère et d’un large mur qui lui est antérieur ou contemporain. L’un comme l’autre apparaissent sur les résultats de la prospection géophysique. On peut donc mettre en relation ces structures avec la grande anomalie rectangulaire A, le mur se superposant avec le contour de l’anomalie et dessine une construction de 25 x 16 m de côté au minimum (environ 400 m²). Plusieurs fours installés en batteries ont pu prendre place à l’intérieur de cette construction. Ce type d’anomalie a été repéré à plusieurs endroits sur l’emprise des Terres Noires, par exemple en bordure immédiate de l’aire d’habitat du Pré Paradis, fouillée de 2012 à 2014. De plus, elles correspondent sensiblement aux zones présentant des pics de pollution sur les résultats des études de sols réalisées à Blot-l’Eglise par la DREAL. Nous sommes par conséquent sur une aire de réduction du minerai de pb – Ag, avec des infrastructures disposées sur toute l’emprise des Terres Noires de Blot (soit 30 ha au minimum).

Sondage n° 2 : Un atelier de taille de pierres semi-précieuses (fluorite) et une vaste aire de cuisson

Le second sondage a également été mis en place à l’intérieur de la parcelle ZH 52 (fig. 7). Il a permis d’augmenter de façon significative les informations produites par les relevés géophysiques, d’identifier certaines structures non déterminées et de mieux documenter l’emprise d’un bâtiment antique (anomalie géométrique B). Ce sondage archéologique fut aussi l’occasion d’acquérir une meilleure connaissance du type de construction que l’on peut rencontrer en moyenne montagne. Les niveaux archéologiques ont été conservés afin d’être à nouveau étudiés lors d’une éventuelle opération de fouille programmée. En effet, certain éléments mobiliers ont été laissés en place pour permettre des observations sur la répartition spatiale et une couverture photographique d’ensemble. Dans les cas de fortes densités, les vestiges ont fait l’objet d’un relevé graphique au 1/20e et d’un enregistrement photographique de détail. Les structures prioritaires ont été fouillées à moitié.

Le sondage 2 à permis de mettre au jour les vestiges de la partie orientale d’un grand bâtiment de 18 x 12 m (216 m²), repéré également sur la prospection géophysique (un second bâtiment de 240 m² se dessine à l’est). Les murs mesurent plus d’un mètre de large et sont profondément fondés, des aménagements internes ont été testés (niveaux de sols, couches d’occupation, cloisons internes) (fig. 8). Des lots de céramique, de verreries et de monnaies seront étudiés et nous permettront de proposer une datation pour la phase d’occupation la plus récente du bâtiment. Les artefacts découverts à l’intérieur de la construction sont en relation avec un atelier de taille de pierres semi-précieuses (fluorite). Toute la chaîne opératoire est présente : préparation du minerai brut, puis débitage, mise en forme, polissage, « chanfreinage » et finitions. Des intailles présentant des défauts ont été retrouvées (fig. 9). La totalité du petit mobilier a été isolée, de manière à proposer une carte de répartition qui, par la suite, permettra de déterminer les différentes aires de travail. Au nord du bâtiment, sur la bordure « extérieure », a été fouillée une zone de cuisson gallo-romaine (espace à vocation culinaire, aire de coupellation ?) en très bon état de conservation sous 0,25 m de terre végétale (fig. 10). Un tube de litharge a été découvert à l’intérieur de cet espace, il trouve sa place dans ce contexte puisqu’il peut être un indice de la maîtrise de la coupellation à Blot, donc d’un travail destiné à isoler l’argent (fig. 11).

Éléments de synthèses et perspectives pour 2017 et 2018

Les sondages 1 et 2, d’une superficie proche de 75 m², furent établis afin de tester les anomalies géométriques B et C, mises à jour lors de la prospection géophysique de 2014. L’objectif de la fouille était de caractériser l’occupation gallo-romaine rencontrée au lieu-dit Terre Noire, essentiellement liée à l’exploitation des matières premières locales mais également à la présence d’un groupement d’habitats. Ainsi, les deux sondages de l’année 2016 permettent de reconnaître une partie de l’organisation interne du village gallo-romain et de préciser le schéma d’occupation du sol à l’époque antique. Ils apportent des données supplémentaires sur la mise en place et les rythmes d’évolution de l’occupation méconnue de l’agglomération antique de Blot-l’Eglise qui s’intercale entre une vaste zone d’extraction du minerai de plomb argentifère (10 ha) et le bourg actuel, emplacement présumé d’une nécropole antique. Aussi, ces sondages permettent d’établir le lieu d’une première campagne de fouille archéologique au cours de l’année 2018. L’année 2017 sera consacrée à la mise en place d’une campagne de radar sur 3 hectares afin de préciser la structuration du noyau central de la zone d’habitats agglomérés.

Fig. 1 : Carte avec pointé des anomalies linéaires du gradient magnétique, indices de constructions et de zone d’habitat
Fig. 2 : Localisation et emprise des sondages pour l’année 2016.
Fig. 3 : Superposition des sondages et des résultats de la géophysique.
Fig. 4 : Sondage 1 – Plan masse au 10 octobre 2016 (Topo/DAO : F. Baret, M. Calbris et S. Foisset).
Fig. 5 : Vue générale du sondage 1, avant fouille.
Fig. 6 : Sondage 1 – Mur 1018 et Four 1012 en cours de fouille.
Fig. 7 : Sondage 2 – Plan masse au 10 octobre 2016 (Topo/DAO : F. Baret et S. Foisset).
Fig. 8 : Vue du bâtiment antique en cours de fouille.
Fig. 9 : Assortiment de cristaux de fluorite débités et d’objets semi-finis.
Fig. 10 : Zone de cuisson au nord de l’unité d’habitation 2.
Fig. 11 : Détail du tube de litharge au moment de la découverte.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *