Blot-l’Église : campagne de sondages 2016

  • Blot-5
  • Blot-4

Programme : Étude de l’agglomération antique de Blot-l’Église (Puy-de-Dôme, Auvergne, France).

Responsable : Hervé Delhoofs, Responsable d’opération chez Éveha (chercheur associé à l’UMR 5138 ArAr, Université Lumière – Lyon 2 ; ArchéoTek).


Compte-tenu du potentiel du site et de sa spécificité (son type d’implantation et son état de conservation), il semble pertinent d’initier une nouvelle opération archéologique dans le secteur des Terres-Noires de Blot-l’Église. Le Laboratoire ArAr. Archéologie et Archéométrie, MSH Maison de l’Orient et de la Méditerranée tend à fédérer les chercheurs spécialistes de la période antique dans la région Auvergne Rhône-Alpes au sein de l’UMR 5138. Dans ce cadre, se dessine depuis mai 2015 un programme de recherche sur les agglomérations secondaires gallo-romaines (Équipe n° 1 (Ville et territoire) – Axe 3 : Les agglomérations secondaires antiques). À ce titre, l’Auvergne et ici le Massif Central et son pourtour apparaissent comme des zones d’étude particulièrement propices. Le bureau d’études EVEHA, organisme de rattachement de l’opération de la fouille programmée porte le projet financièrement.

Il est proposé de mettre en place une campagne de deux sondages archéologiques afin que la parcelle ZH 52 soit évaluée (fig. 1). La parcelle sélectionnée est située à l’intérieur de la zone archéologique des Terres Noires, dans les parcelles ayant fait l’objet des prospections géophysiques en 2014. Ces deux sondages pourront permettre de renseigner la nature, le degré de conservation et la profondeur d’enfouissement des vestiges localisés par la prospection géophysique. Aussi, ces sondages permettront éventuellement d’établir l’emplacement d’une première campagne de fouille archéologique au cours de l’année 2017.

Sondage n° 1 : Au lieu-dit « Terre Noire » (parcelle ZH 52), en bordure de la parcelle ZH 5. Un premier sondage permettrait de confirmer ou d’infirmer les informations livrées par la carte des anomalies du gradient magnétique (fig. 2).

Sondage n° 2 : Au lieu-dit «Terre Noire » (parcelle ZH 52) ou furent misent au jour en 1958 des indices de constructions vraisemblablement antiques, au moment de l’installation de l’adduction d’eau. L’une d’entre elles, de forme quadrangulaire, peut être rapprochée à l’anomalie géométrique observée dans le centre de la parcelle lors de la prospection géophysique (fig. 2). Un sondage de 3 x 10 m sera implanté dans la partie est de l’anomalie afin d’atteindre cet hypothétique bâtiment.

Problématique de la recherche :

L’historique des recherches montre donc que la commune de Blot-l’Église conserve en sous-sol de nombreux vestiges appartenant à la période gallo-romaine. L’étendue du site et le type d’aménagements repérés lors de prospections pédestres et aériennes (sépultures à incinérations et à inhumations, agro-pastoralisme, habitats, site d’exploitation minière en galerie ou à ciel ouvert, …) incitent à s’interroger sur l’étendue du site, la nature des activités et la contemporanéité de ces occupations. Autant de problématiques à développer, en étroite relation avec l’étude du milieu naturel (flore, faune, climat, géologie).

Le projet de fouille archéologique pour l’année 2016 répond aux besoins de l’actualité archéologique régionale. Il permet de répondre aux interrogations concernant l’occupation gallo-romaine de la commune de Blot-l’Église, vraisemblablement liée à l’exploitation des matières premières mais également à la présence d’un groupement d’habitat. L’objectif de la recherche est de caractériser l’occupation gallo-romaine rencontrée sur la commune de Blot-l’Église. Ainsi, les deux sondages de l’année 2016 pourraient permettre de préciser la forme d’habitat reconnue sur le secteur sud-est de Blot-l’Église et ainsi de clarifier le schéma d’occupation du sol à l’époque antique.

L’étude des structures gallo-romaines conduirait à mieux connaître l’histoire ancienne du site et à récolter un ensemble céramique qui pourrait faire référence pour les Combrailles. La fouille autoriserait à dresser un répertoire plus complet de la céramique en circulation dans ce secteur du Puy-de-Dôme au moins pendant le Haut-Empire.

Elle permettrait aussi de mieux appréhender l’occupation antique d’un territoire entre ville et campagne à proximité d’un axe de circulation naturel et important constitué par la Sioule et de mettre en évidence la culture matérielle qui l’accompagne. Ce serait aussi l’occasion d’acquérir une meilleure connaissance de la présence humaine à l’époque gallo-romaine en Basse-Auvergne.

Les deux sondages de la parcelle ZH 52, environ 2 x 30 m², seront établis afin de caractériser les anomalies géométriques mises au jour lors de la prospection géophysique réalisée en 2014.

Les deux sondages peuvent apporter des données supplémentaires sur la mise en place et les rythmes d’évolution de l’occupation des secteurs mal connus de l’agglomération antique de Blot-l’Eglise qui s’intercale entre une zone d’habitat dense des Terres Noires et le bourg actuel de Blot-l’Eglise, emplacement présumé d’une nécropole antique (fig. 1). Les sondages archéologiques ont pour objectifs :

  • de décaper l’ensemble des structures présentes dans les deux zones portées sur la figure 2 ;
  • d’identifier les vestiges de la période antique et leur degré de conservation ;
  • d’étudier des éléments potentiels de voirie et rechercher les liens temporels et spatiaux avec leur environnement ;
  • de dater et caractériser la fonction des constructions (habitats, activités artisanales) et éventuellement leurs organisations dans l’espace à l’intérieur de parcelles ;
  • de fouiller intégralement toutes les structures (fosses, caves, celliers et autres structures fossoyées) afin de fournir des informations d’ordre stratigraphique et chronologique et de rechercher le mobilier archéologique datant ;
  • de mettre en relation les résultats avec ceux obtenus sur les opérations de sondages archéologiques réalisées sur les terrains limitrophes.
Décapage et stratégie envisagée :

Un premier sondage de 3 x 10 m sera réalisé sur la parcelle ZH 52, au lieu-dit « Terre Noire », de manière à mettre au jour l’anomalie géométrique A, de la caractériser et de connaître ses dimensions (fig. 2). Nous envisageons un décapage partiel (30 m2) et une fouille complète des structures archéologiques repérés en bordure immédiate du chemin et en place de la prospection géophysique de 2014. Elle permettrait d’augmenter de façon significative les informations produites par les relevés géophysiques, d’identifier certaines structures non déterminées et de mieux documenter l’emprise d’un possible bâtiment antique. Les niveaux archéologiques seront conservés afin d’être à nouveau étudiés lors d’éventuelles opérations de fouilles archéologiques en aire ouverte.

Le second sondage sera également mis en place à l’intérieur de la parcelle ZH 52. Ce sondage archéologique sera l’occasion d’acquérir une meilleure connaissance du type de construction (anomalie géométrique B) repéré lors de la prospection géophysique réalisée en 2014 (fig. 3). Les résultats pourraient permettre de caractériser au mieux les formes d’habitats reconnues sur la parcelle et ainsi de préciser le schéma d’occupation du sol de l’occupation gallo-romaine sur les Terres Noires.

Pour les deux sondages, le mobilier sera laissé en place au cours de la fouille sur des surfaces significatives pour permettre des observations sur la répartition spatiale et une couverture photographique d’ensemble, puis prélevé par mètre carré et par passes successives. Dans les cas de fortes densités, les vestiges feront l’objet d’un relevé graphique au 1/10e et d’un enregistrement photographique de détail. Les structures prioritaires seront fouillées à la main. Elles feront l’objet de relevés graphiques et photographiques, par prises de vue numériques.

Encadrement :

L’opération sera réalisée sous la conduite de Hervé Delhoofs, responsable d’opération, de la société Éveha et membre de l’UMR 5138-Arar, Archéologie et Archéométrie. Le nombre de techniciens de fouille sera d’au maximum de 7 personnes (salariés d’Éveha et bénévoles). Un topographe sera aussi associé à cette opération, autant que de besoin. D’autres intervenants éventuels (céramologue, archéozoologue, numismate, …) seront également présent.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *