L’agglomération antique de Blot-l’Église (bilan des opérations de 2014)

  • Blot-3
  • Blot-1
  • Blot-2

Programme : Étude de l’agglomération antique de Blot-l’Église (Puy-de-Dôme, Auvergne, France).

Responsable : Hervé Delhoofs, Responsable d’opération chez Éveha (chercheur associé à l’UMR 5138 ArAr, Université Lumière – Lyon 2 ; ArchéoTek).


Les opérations archéologiques menées depuis 2012 dans les terrains des Terres Noires de Blot-l’Eglise ont permis de mettre au jour de nombreux indices d’une occupation humaine des deux premiers siècles de notre ère. Les résultats des études (meules, petit mobilier, anthracologie, géophysique…) montre qu’une intense activité artisanale de traitement du minerai de plomb-argentifère était exercée sur place.

Trois opérations de sondage archéologique réparties sur l’ensemble des Terres Noires ont jusque là permis d’augmenter de façon significative les informations produites ces dernières années dans le cadre des opérations de prospection thématique. Enfin, les résultats des prospections géophysiques apportent des précisions sur l’emplacement de nombreux bâtiments, la présence d’une forte activité métallurgique et d’un parcellaire complexe.

Les résultats de la prospection géophysique

La campagne de prospection géophysique réalisée en septembre 2014, parallèlement aux opérations de sondages archéologiques, a permis de valider la méthode magnétique (AMP) et de pointer les indices géophysiques liés à des faits archéologiques sur une surface de près de 10 hectares (4,5 hectares en 2013). L’information fournie par ces cartes, dès fois peu lisible, permet à présent de préciser l’étendue du site archéologique.

La figure 1 résume les zones à forte concentration en anomalies dipolaires et les anomalies linéaires. Elle présente la carte magnétique et le pointage des anomalies réalisé par Géocarta. Trois grands éléments longiformes semblent bordés par des anomalies linéaires positives. Leurs largeurs varient entre 4,5 et 5 mètres. Ces ensembles s’interprètent comme des axes de voirie avec la présence de fossés bordiers. Un ensemble d’anomalies dipolaires et d’anomalies positives se distribuent de part et d’autre de la voirie principal d’axe est-ouest (A). Des anomalies ponctuelles positives sont bien individualisées, de grande dimension (5 à 6 mètres de large) avec une forte amplitude du signal. Ces anomalies sont probablement liées à la localisation d’une zone de bâti réparti de part et d’autre d’un axe principal.

On distingue également un certain nombre d’anomalies de type bâti : La zone B présente une série d’anomalies négatives sur une emprise de 20 m de longueur (du nord au sud) et sur 8 m de largeur (d’est en ouest). Les segments sont perpendiculaires entre eux. D’autres ensembles (C et D) forment des aménagements cohérents, de dimensions imposantes, construits en dur, c’est à dire en maçonnerie.

Une forte densité d’anomalies dipolaires sont également reconnues sur l’ensemble des parcelles. Ces anomalies peuvent aussi bien résulter de la présence de structure de chauffe que de métaux. Ces surfaces semblent plutôt correspondre à des zones d’épandage de matériel archéologique liées à une forte activité métallurgique. Il est à noter que la réponse dipolaire est plus étendue que l’objet qui en est à l’origine. De ce fait, il est possible que les surfaces pointées se superposent à d’autres anomalies et les masquent.

Une centaine d’anomalies ponctuelles quasiment circulaires sont réparties sur le site. Ces objet ont une signature de type bâti, mais ils ne présentent pas de répartition spatiale ou de géométrie organisée. Plusieurs explications peuvent être avancées quant à l’origine de ces anomalies, comme la nature du sol (gneiss), des déblais de bâti ou encore des déblais issu du traitement du minerai. Nous proposons également de voire dans l’origine de ces anomalies la présence de charbonnières.

D’autres zones présentent des séries d’anomalies linéaires. Elles peuvent potentiellement être rattachées à la présence d’ancien parcellaire. Pour terminer, la surface actuellement prospectée, couplée aux sondages archéologiques, permet de définir une première typologie des anomalies. Nous rappelons cependant qu’une bijection simple entre les anomalies de gradient magnétique mesurées et la nature des faits archéologiques peut être hasardeuse.

Campagne de sondages archéologiques sur la commune de Blot-l’Église (63) : Le Pré Paradis (sd. 1) :

Les opérations archéologiques menées entre 2012 et 2014 au Pré Paradis ont donné lieu à la découverte d’un nombre important de vestiges d’époque romaine sur la bordure occidentale de la zone archéologique des Terres Noires, confortant l’hypothèse d’une occupation gallo-romaine dense dans le quart sud-est de la commune. La campagne de sondages archéologiques réalisée en 2014 à l’intérieur des parcelles ZO 23 et 24 a permis d’augmenter de façon significative les informations sur la zone et d’illustrer l’une de ces nombreuses aires d’habitat maintenant reconnues dans les Terres Noires de Blot (fig. 2).

La première structure d’habitat antique A s’établit sous la forme d’une construction compartimentée bâtie sur des soubassements de pierre. À l’intérieur de cet espace se développent trois pièces dont il ne subsiste que des reliquats de niveau de vie et une plaque foyère. Une structure associée aux éléments maçonnés est identifiée à l’intérieur de l’espace 101. Elle a été interprétée comme un four, en relation avec la structure d’habitat A. La destination de ce four, culinaire ou artisanale, est indéterminée. Seule la partie excavée de la fosse de travail et la section est de la chambre de chauffe sont conservées. Ils forment une seule structure, un four, à deux volumes et à tirage vertical. Ce dispositif prend place dans une pièce à usage d’habitation.

Le dépôt 108 mis au jour sur l’ensemble du site appartient à une même phase liée à l’unité d’habitation A. L’étude anthracologique réalisée par S. Paradis montre que l’ensemble de ces dépôts provient de reste de bois de feu. L’hypothèse principale serait que ce dépôt provient d’un mélange entre des charbons de bois dispersés après la vidange de foyers du four et de bois de construction qui auraient été carbonisés lors d’un incendie. À l’extrémité orientale de la fouille, une petite section d’un niveau bien damé a été découvert. Il peut correspondre au premier aménagement d’un niveau de circulation antique.

L’habitat antique B s’établit sous la forme d’un bâtiment rectangulaire construit sur des soubassements de pierre (essentiellement des blocs de gneiss), des fragment de tuiles et des fragments d’une meule en basalte. Cet espace permet de définir l’intégralité d’au moins une partie de l’unité d’habitation B installé de façon contigüe à un large niveau de circulation reconnu sur 3,80 m de largeur.

Campagne de sondages archéologiques sur la commune de Blot-l’Église (63) : Terre des Censes (sd. 2) :

La parcelle ZH 6 est le seul terrain travaillé actuellement sur la zone archéologique des Terres Noires. La présence dans les labours de nombreux tessons de céramiques, de fragments de meules de moulin à traction animale (broyage minéral), d’enclume de concassage et d’une concentration très importante de terres cuites architecturales montre que nous sommes en présence d’un indice de site archéologique important, vraisemblablement destiné à la préparation du minerai de plomb-argentifère avant réduction.

Cet ensemble montre un faciès relativement homogène daté de la période gallo-romaine, avec peu de pollution, plutôt représentatif du Ier au IIIe s. de notre ère. Les témoignages les plus anciens correspondent au changement d’ère. La céramique récoltée semble indiquer une très nette régression de l’occupation au IIIe siècle. Le mobilier en verre indique les mêmes périodes d’occupation. Une concentration de scories de fer, ainsi qu’un fragment de creuset, ont été relevés dans l’angle sud-est de la parcelle.

L’objectif du sondage était de comprendre les anomalies révélées par la prospection géophysique réalisée en 2013. Au regard des vestiges mis en évidence lors de la fouille, c’est certainement celle d’un ou deux fossés doublé d’un drain, fortement compacté, qu’il faut retenir obligeant à rejeter l’hypothèse d’un bâtiment à cet endroit pour celui d’un enclos fossoyé. La découverte d’un dépôt secondaires de crémation en ossuaire au sein de ce possible espace clos permet de proposer l’hypothèse d’un espace funéraire même si aucun lien stratigraphique n’associe ces deux structures (fig. 3). Ainsi, l’étude du vase ossuaire dans le courant de l’année 2015, a apporté quelques informations relatives aux pratiques funéraires de la région.

Campagne de sondages archéologiques sur la commune de Blot-l’Église (63) : Le Bois de la Cense (sd. 3) :

L’opération de sondage archéologique menée en septembre 2014 a donné lieu à la découverte d’un nombre limité de vestiges sur la parcelle ZH 45. La structure principale correspond à un solin à assises simples construit en fondation. La maçonnerie est formée d’un appareil irrégulier lié par un mortier de chaux de bonne qualité. Sa largeur en surface est au maximum de 0,60 m pour une profondeur reconnue de 0,40 m. Le mur s’appuie sur une semelle de fondation pour corriger la pente naturelle du terrain et vient donc rétablir le niveau de construction. Une large tranchée de près de 3 mètres de largeur a préalablement était creusée afin d’assoir la fondation directement sur le terrain naturel.

Ce mur semble se superposer à l’une des anomalies repérées lors des prospections géophysiques réalisées en 2013 et 2014 par la société Géocarta. Il peut éventuellement constituer une limite d’un ensemble cohérent, à la manière d’un mur de clôture. La situation en bordure d’un vallon qui conduit vers le site d’extraction des mines antiques du Puy d’Argentière depuis la zone dense d’occupation gallo-romaine des Terres Noires est un élément supplémentaire d’intégration de la zone à l’intérieur d’un vaste ensemble archéologique peu exploité jusqu’à ce jour.

Fig. 1 : Localisation des sondages 1 à 3 pour l’année 2014 et résultats des campagnes de prospection géophysique de 2013 et 2014.

Fig. 2 : Vue générale du sondage réalisé au « Pré Paradis » en 2014 (Sondage 1).

Fig. 3 : Vase ossuaire 2001 en cours de fouille, avant son prélèvement (Sondage 2).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *